Indonésie (1/5) – Gili Trawangan – Mai 2012

Samedi 5 mai 2012, le matin. Point de départ : rendez-vous sur le quai du RER A à La Défense avec Émilien. Destination : Indonésie.

Mais avant l’Indonésie, escale à Séoul pour une journée d’introduction au voyage carrément chouette ! Décollage de Paris à 13h30, arrivée à Séoul aux alentours de 7h du matin. C’était parti pour une journée en décalage complet à tout point de vue !

Séoul (Pour ceux qui lisent seulement les titres ça peut paraître étonnant dans un article sur l’Indonésie, mais c’est finalement tout à fait cohérent.)

Premier constat, nous sommes ici dans un pays plus avancé technologiquement. Nous sommes en 2012, il y a du WiFi dans le métro (RER ?) ! Et il y a aussi un affichage qui permet de savoir exactement où on en est entre les stations. Et ça, c’est très pratique. Arrivés à la gare, l’émerveillement technologique continue : les cartes interactives tactiles sont extrêmement bien faites et nous permettent de nous repérer très facilement sans comprendre le moindre mot en coréen. Nous prenons ainsi le métro jusqu’à ce qui constitue sans doute une des rues les plus touristiques de Séoul : Sejong-daero. Elle nous mène droit au palais Gyeongbokgung. Bon alors, là, si vous vous dîtes “je vais aller voir la tête qu’il a dans google street view”… Si. Certaines personnes se disent ça. Donc, si vous vous le dîtes et que vous y allez, vous tomberez là-dessus :

La porte du palais en travaux !

Déconcertant non ? Au final il semblerait que ce n’était qu’un habillage pour travaux qui n’y était plus une fois sur place 🙂 Voici une petite galerie de la rue et du palais :

Nous nous sommes ensuite rendus vers le marché de Namdaemun afin de découvrir ce qu’on nous avait décrit comme un marché “typiquement coréen” et surtout pour manger et nous reposer un peu car depuis 7h du mat (En Corée donc 00h en France après un vol sans avoir dormi), on crapahutait au soleil.

Après ça, vaincus par la digestion, nous avons décidé de retourner à l’aéroport pour attendre notre avion. Direction Denpasar !

Gili Trawangan

Arrivés à Denpasar à 1h du matin, en n’ayant toujours pas dormi, (Ça fait donc un peu plus de 40h que nous avons quitté nos lits en France. A ce moment là, ça pique.) c’est la première confrontation à ce qui allait être systématique pendant le voyage, le prix demandé par les taxis pour nous amener à notre hôtel à Sanur est exorbitant. Mais comme à chaque fois par la suite, les talents de négociateur d’Émilien seront un formidable atout ! Approximativement, il est possible, la plupart du temps, d’appliquer une division par trois sur les tarifs indiqués. Sur ce sujet, je vous redirige vers cet excellent article qui vous donnera les règles d’or pour négocier en voyage. Au passage, vous pouvez mettre en favori Aller voir ailleurs si j’y suis, le blog d’Anne Sellès, auteure de l’article en question ! Cette digression étant terminée, nous arrivons à l’hôtel vers 1h30, mettons les réveils à… 6h (oui, ça va piquer encore un peu.) pour aller prendre le ferry à Padang Bai. Nous ne sommes que de passage sur Bali pour le moment.

Nous arrivons à l’heure au ferry, nous négocions, nous montons… Nous attendons. Une heure. Deux heures. Le bateau ne bouge pas. L’explication est très simple : ils essaient d’embarquer des engins de chantier plutôt imposants sur le ferry… Avec difficulté et une efficacité toute relative. Là encore, c’était annonciateur de ce que nous appellerions bientôt “island time”. On sait vaguement quand on part mais aucune idée de quand on pourra bien arriver malgré des horaires “don’t worry always on time”. Le bateau finit néanmoins par partir et nous découvrons les paysages idylliques que nous n’allons plus quitter au cours des trois prochaines semaines.

Et puis… Sieste. Oui, là ça commençait à être compliqué.

Quelques heures plus tard, arrivée à Lembar sur Lombok, négociation taxi, départ pour Bengsal où nous prendrons un “public boat” pour Gili Trawangan. Je vois ici les connaisseurs, l’œil moqueur, se demander quel est donc cet étrange itinéraire. J’y reviendrai. Nous rejoignons donc l’embarcadère… Le ponton… Les planches… L’endroit où on est censé prendre le bateau. Vers 18h. Island time.

Le "Island time" trouve toujours une explication originale, ici un camion en train de décharger au milieu de la route =)

Le “Island time” trouve toujours une explication originale, ici un camion en train de décharger au milieu de la route =)

Et là on nous désigne un “bateau”… Situé à une vingtaine de mètres en mer… C’est donc parti, sac de voyage sur le dos, sac à dos sur le ventre, tongs à la main, dans l’eau / les vagues jusqu’à la taille pour rejoindre le bateau.

Ensuite, arrivée au paradis 🙂

Nous y avons passé 4 jours, le temps pour moi de passer mon Open Water Course auprès de PADI, dans le centre DSM Lombok devant lequel je me trouve juste au-dessus. Découverte de la plongée avec une instructrice au top (Caroline, si tu lis ça, merci pour tout !) ! Première respiration subaquatique… Bonjour la tortue de mer ! Je n’étais à l’époque pas équipé pour immortaliser ce que je voyais sous l’eau (et en même temps je pense que j’aurais sérieusement galéré à gérer ma flottabilité avec une caméra dans les mains à ce moment là…) vous n’en verrez donc rien ! Je peux simplement vous dire que ce fut un coup de foudre pour cet univers magnifique, mal connu et très menacé par les activités humaines. (Couper la branche sur laquelle on est assis, tout ça…)

Mon Open Water Course en poche, nous avons quitté cette petite île paradisiaque pour retourner sur Lombok.

Fin de la première partie du récit. Lors du prochain épisode, nous irons chasser le dragon de Komodo !

Indonésie (2/5) – Komodo

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *