Indonésie (3/5) – Gunung Rinjani – Mai 2012

Troisième partie du récit, vous pouvez lire le début ici :

Indonésie (1/5) – Gili Trawangan
Indonésie (2/5) – Komodo

Nous revenons sur Lombok avec un objectif, l’ascension du volcan Rinjani ! Une randonnée en trois jours et deux nuits présentée par les locaux comme “facile et accessible à tous” et comme “nécessite un bonne forme physique” par les guides de voyage. Bon, bah c’était plutôt la version deux 😉 Mais l’aventure a commencé avant l’ascension. Nous avions négocié avec un local pour dormir chez lui afin d’être proche de lieu de départ du trek… Visiblement nous nous étions mal compris car après une heure de voiture dans le mauvais sens nous arrivions chez lui, en plein cœur de l’île de Lombok.

Je vous fais visiter :

Ne sont pas présents sur les photos : l’odeur de “friture” omniprésente, les poules qui vivaient là aussi et les moustiques, trop nombreux pour être chassés. En zone paludisme niveau 3, c’était un réel plaisir. Nous avons tout de même plutôt bien dormi et le lendemain matin, après une heure de voiture dans l’autre sens, arrivés à Sumbalum Lawang (800m d’altitude) nous avons rencontré M, notre guide, accompagné de notre porteur équipé de tongs plastiques de randonnée. Et nous voilà partis ! Objectif :

Le volcan Rinjani !

Le volcan Rinjani !

L’ascension commence par une première phase relativement plane, idéale pour se mettre en jambe. Nous arrivons après quelques heures dans la jungle où nous faisons une première pause repas. Heureuse surprise, tout est cuisiné sur place par notre porteur et notre guide !

Les difficultés commencent réellement à partir d’ici. Ça grimpe fort, dans les racines de la jungle. Résultat, aucune photo, nous avons complètement oublié d’en prendre en montant ! Nous avons rallumé nos cerveaux arrivés à Plawangan, le camp de base situé à un peu plus de 2600m, après environ 7h de grimpette, pauses comprises. Nous nous installons pour passer la nuit dans une tente et M nous explique qu’il nous réveillera vers 3h pour arriver en haut avant qu’il fasse jour. 21h, il est donc temps d’aller dormir !

La nuit, qui s’annonçait déjà courte, fût ponctuée à divers moments des conséquences désagréable d’une tourista… Très pratique quand on dort sous la tente à une petite dizaine d’heures de marche des premiers toilettes ! Je vous épargne les détails 😉
C’est finalement à 3h30 que notre guide nous réveille, en nous expliquant qu’avec notre vitesse ça suffira pour atteindre le sommet juste avant le lever de soleil. La plupart des autres groupes s’est effectivement levée plus tôt, nous observons une file irrégulière de lumières qui se détachent dans le noir, sur la piste qui mène au sommet. Équipés de nos lampes frontales, nous nous élançons à leur suite avec pour objectif une arrivée au sommet vers 6h du matin.
Nous attaquons ici la partie la plus compliquée de l’ascension. La pente est d’environ 45° et nous arrivons très vite à un sol qu’on pourrait comparer à du sable épais : à chaque pas mal assuré, c’est la redescente assurée de quelques foulées. “Un pas en avant, deux pas en arrière…” Mais, redoublant d’efforts et améliorant notre technique de pas en pas, nous finissons par parvenir au sommet avant 6h en ayant rattrapé ou doublé une grande partie des grimpeurs qui nous avaient précédé.

Quelques stats sur la montée au sommet : 
Distance totale : 4,70 km (2,9 mi)
Durée du déplacement : 1:32:44
Vitesse moyenne : 1,40 km/h (0,9 mi/h)
Vitesse moyenne de déplacement : 3,04 km/h (1,9 mi/h)
Vitesse max. : 10,80 km/h (6,7 mi/h)
Allure moyenne : 42,87 min/km (69,0 min/mi)
Allure moyenne de déplacement : 19,71 min/km (31,7 min/mi)
Allure min. : 5,56 min/km (8,9 min/mi)
Élévation max. : 3726 m (12223 pi)
Élévation min. : 2744 m (9001 pi)
Dénivelé : 989 m (3243 pi)
Inclinaison max. : 49 %
Inclinaison min. : -2 %
Date d’enregistrement : 19/05/2012 3:05

Voilà la vue à l’arrivée :

Nous ne sommes pas montés pour rien ! C’est vraiment magnifique au sommet et je vous invite à chercher d’autres photos  pour voir ce paysage sous un autre éclairage et en d’autres saisons 😉 Nous ne profitons pas très longtemps de ce spectacle, au sommet, à plus de 3700 mètres, il fait environ 5°. Après quelques minutes, il est temps de redescendre. Ce qui était une difficulté dans la montée devient un jeu en descente, le sol “sablonneux” est parfait pour courir en faisant de grands bonds ! En une heure nous sommes redescendus au camp de base, la suite c’est la descente sur le lac au milieu de l’ancien cratère.

Pause repas au bord du lac. Après avoir mangé, nous insistons auprès de M pour qu’il nous emmène voir les sources chaudes. Il nous explique qu’on ne pourra pas s’y baigner mais finit par accepter de nous les montrer. Il ne le regrettera pas ! Des locaux ont en effet construit des piscines en pierre sous les sources chaudes (très chaudes, l’eau du bassin était à environ 40°, c’était plus chaud en sortie de volcan !) et nous pouvons nous y plonger. C’est seulement vers 15h que nous en sortons, propres, muscles détendus, prêts à faire le tour du lac et à remonter de l’autre côté.

On est plutôt pas mal !

On est plutôt pas mal !

Après une belle journée de 11h, nous arrivons de nouveau à plus de 2600m pour passer notre seconde nuit sur le volcan. Nous finissons la journée sur un superbe coucher de soleil sur une mer de nuages :

Le troisième jour est une longue descente vers Senaru, en partant d’environ 2600m à 600m sur une dizaine de kilomètres. Les genoux d’Émilien, en léger désaccord avec l’activité imposée, nous obligent à ralentir le rythme, nous mettons environ 6h à descendre. Sur le coup j’étais plus à l’aise, mes genoux étaient coopératifs me permettant de courir en descente avec notre guide en faisant des pauses pour attendre Emilien. Par contre les deux jours qui ont suivi ont été vraiment compliqués niveau courbatures, transformant chaque marche de plus de 1 cm (et finalement on se rend compte qu’il y en a un paquet des “marches” de ce type) en calvaire =)

A l’issue de ce trek, nous prendrons une journée à Sengiggi pour nous reposer avant de retourner vers Bali !

Dans le prochain article, nous découvrirons donc Bali, avant de terminer avec Nusa Lembongan et ses raies manta 😉

C’est par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.